Une bonne nouvelle

   Aujourd'hui, une information a illuminé ma "grisaille" :

Ouvrir une nouvelle fenêtre sur l'article.

   Comment de tels énergumènes peuvent-ils mourir aussi bêtement et de façon aussi minable ? Sans doute est-ce là toute la gloire qui leur est due : se vautrer comme un con devant l'animal.

   J'aimerai tant qu'il y en ait davantage, de ces imbéciles tués dans l'affrontement avec l'animal. Même qu'alors, je me rendrais volontiers dans ces arènes pour y voir les "tafioles" se faire massacrer pour leur "amour-propre"...
   Le bon vieux temps des sacrifices humains me manque.

   J'ai juste une question à l'ensemble du public qui paie pour voir du sang : a t'-on coupé les oreilles et la queue de cet abruti ?... Non ?...

   Décidément les corridas sont d'un ennui !...
   ;-)

Commentaires

  1. Ah oui, c'est une excellente nouvelle. Pour une fois que le taureau gagne...
    Le combat serait loyal, je ne dis pas. Le taureau a sa force, le torero sa ruse, il a ses cornes, le torero son épée.
    Et ils ont tous les deux une paire de « cojones »...
    Que le meilleur gagne.
    Mais les picadors ça je ne peux pas supporter. C'est pas de jeu.
    Et sinon, à part ça, au nom de la soi-disant culture "ancestrale" quand est-ce qu'on arrêtera toutes ces horreurs, ces massacres et ces mutilations ? Genre l'excision par exemple...ou la lapidation des femmes infidèles...
    Ma tolérance pour les cultures s'arrêtent aux droits de l'homme (et de l'animal).
    Gros Bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestine,
      La tradition a parfois du bon dans certaines sociétés, puisqu'elle est l'identité de chaque pays... Ce que tu dénonces a attrait aux religions (inutile de les nommer, elles n'en valent pas la peine). Les religions sont pour les faibles, incapables de se structurer politiquement.
      Les droits de l'homme sont liés aux droits de l'animal (puisque l'homme est une espèce animale). Quand on admettra cela et qu'on le respectera ; alors, seulement alors, nous mériterons d'être considéré comme une espèce intelligente ; au lieu d'être des virus.
      ;-)
      Gros bisous ténébreux.

      Supprimer
  2. Le bon vieux temps des sacrifices humains ne s'est jamais arrêté.
    Et ceci n'est pas une provocation, c'est malheureusement une constatation.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mme Chapeau,
      J'en conviens ; toute fois je faisais allusion aux spectacles, aux rituels dans le sacrifice d'humains. Il y avait des codes, des process... Un intérêt commun.
      Je faisais aussi allusion au fait que l'Homme doit finir par "payer l'ardoise" de ses actes totalement fous...
      Belle fin de journée et bonne soirée...

      Supprimer
    2. Un taureau qui fonce.
      Un camion fou fait pareil.
      Rituels de mort.

      Supprimer
    3. Le taureau n'est que
      La victime qui se tourne
      Vers son agresseur.

      Supprimer
  3. Je ne porterai pas d'appréciation sur les réjouissances ressentis à la mort d'un frère humain, quelques soient les circonstances....
    surtout quand 3 des siens sont au bord de mourir...
    Pour ce qui est des sacrifices humains les bagnoles font bien mieux l'affaire : rouler bourré, plus quelques joints et 2 ou 3 rails de coke, et le spectacle est quotidien.... me dit un ami gendarme des autoroutes...
    Le plus marquant - d'après lui - ce sont les hurlements des jeunes enfants éjectés que l'automobiliste n'a pas réussi à achever du premier coup... Alors que le bon torero sait parfaitement porter l'estocade impeccablement.
    Mais on s'habitue...
    C'est pas pour autant qu'on ferme les usines automobiles....
    Faut bien nourrir les ouvriers.
    Sans parler de la mort lente et dans d'atroces souffrances du bon vieux cancer du fumeur, dont se délectent les fabricants de cigarettes qui ont la perversion subtile des bien pensants et bien gagnants. (ouvriers compris).
    Il parait que les râles de l'étouffement final durent longtemps et sont un spectacle délicieux.
    La mort est quand même merveilleusement amusante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher AlainX,
      Merci, une fois de plus, de partager ton point de vue si riche.
      Ne nous méprenons pas sur mes mots (pas très clair, je l'accorde).
      Je suis cynique envers ceux qui donnent la mort, et non ceux qui en sont victimes. Ici le taureau est la victime...
      Je ris de ces tueurs qui défient la mort et se laissent surprendre quand un retournement de situation survient...
      J'ai beaucoup de compassion pour les victimes et nul ne saurait se délecter de la souffrance de ces dernières ; excepté les prédateurs.
      Quant à la mort, elle est notre lot à tous ; que ce soit une mort sereine, violente, de maladie, de violence...
      Comme la plupart d'entre nous, nous sommes confrontés à la mort, jusqu'à ce qu'elle se présente à notre porte.
      Je n'ai aucun remord de rire de ces tueurs tués, aucune connexion avec ces derniers. Ils ne sont ni mes frères, ni mes semblables...
      Amitiés.

      Supprimer
  4. Je trouve ça affreux de se réjouir de la mort de quelqu'un, et je suis la première à m'auto-flageller lorsqu'il me vient de telles pensées... (je vais réciter 3 ave maria, lol !)

    Malheureusement, ce "bon vieux temps des sacrifices" n'est pas révolu, de nos jours !

    La corrida est un spectacle de barbares. Tuer au nom de la "tradition" est pure connerie humaine. Comme tant d'autres choses traditionnelles et immondes...
    Bises, Hyou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pascale,
      Pour battre son ennemi, on doit se l'approprier... Je me réjouis de la mort de "choses" malfaisantes...
      N'est-ce pas le principe de la société que d'éliminer ce qui porte nuisance à cette dernière ?
      Inutile donc de "se cacher derrière son petit doigt"...
      Je suis ce que je suis et je ne le renie pas.
      Bises à la pie.

      Supprimer
    2. Je n'ai jamais supporté les corridas, un spectacle barbare qui ne devrait plus exister depuis longtemps.
      Quelle idée de vouloir tuer un taureau !

      Supprimer
    3. Daniel,
      L'on m'a fait assisté à une... ( je ne sais plus le mot, mais c'était espagnol) où l'on ne met pas le taureau à mort. J'étais dégoûté, et j'ai continué à résister à cette France qui disait que c'était sa tradition... Tradition en espagnol ?... Je crache sur ces gens, comme j'ai craché sur la tombe de ma mère.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés